Direction le sud du Front National

Je roule. Le long des plages et des cités balnéaires vides. Des parkings desertés, des plages où errent quelques vieux et quelques chiens, les cafés et épiceries sont fermés. Des villas et des mobil-homes aux volets clos cotoient des rangées d'immeubles aux noms poétiques, il y a de grands toboggans rouges, verts, bleus et des palmiers en plastiques autour de piscines remplies de flaque d'eau. Quand j'ai faim, je fais un détour dans les zones commerciales, à proximité des grandes villes. J'y vois des gens. J'ai un peu froid dans mon C15 où je passe mes nuits.

Je m'ennuie.

Je traverse la Camargue, je rejoins Marseille le long des drapeaux.